Nouveau paysage éditorial au Salon du livre de Paris - EntornoInteligente

Entornointeligente.com / Journal France Guyane / Finie, la grande librairie de l’Outre-mer trônant en son centre avec les petits éditeurs en périphérie, cette fois, l’exclusivité était réservée aux éditeurs ultramarins. ” Le ministère des Outre-mer soutient les éditeurs ” , affichait la plaquette du ministère. Pour le coup Régine Jasor, directrice des Editions Jasor et de La Librairie Générale Jasor à Pointe-à-Pitre, un peu contrariée d’être privée de sa librairie ne représentait plus que sa propre maison d’édition et regrettait de n’avoir pu accepter de représenter des confrères éditeurs empêchés. Mais dans l’ensemble, la plupart des éditeurs présents semblaient satisfaits du choix du ministère. Si comme d’habitude, l’éditeur antillo-guyanais, Ibis rouge, avait pris son propre stand, l’espace du ministère accueillait Orphie, SCITEP, le Manguier, les éditions Rymanay et Plume verte de la Guyane, les éditions K’A et Udir de la Réunion ; les éditons Kilito, Nestor et Jasor de la Guadeloupe et, pour la Martinique, Idem. Tony Deslsham qui devait être présent a fait défection à la dernière minute! Il a bien failli y avoir un couac quand le directeur adjoint de l’administration des Outre-mer a évoqué lors de l’inauguration un ” barnum ” . La haut fonctionnaire a dû s’expliquer en précisant que le ” barnum, ce n’était pas le stand des Outre-mer mais l’élaboration de ce travail titanesque. ” Ouf! On a eu chaud… ” LES DÉDICACES, ÇA NE SUFFIT PAS! ” L’organisation et la conception de cet espace ont été délégués par la direction générale des Outre-mer au ministère de l’Intérieur qui en a l’habitude puisque c’est la place Beauvau qui s’occupe des stands pour le ministère de la Défense et désormais des Outre-mer. Et l’espace ainsi créé était clair, aéré et bien placé. Au centre, une agora a accueilli tout au long du week-end des présentations (prix Fetkann, compagnie des mornes bleus), un hommage à Guy Tirolien, une carte blanche à Claude Ribbe et son ” autre histoire ” avec entre autres Hector Poulet, des rencontres avec Jacques Exily (Sina et le secret de la Caraïbe), Marie-Ange Rousseau (Péyi an nou), Dominique Deblaine, Vikor Lazlo, Gael Octavia, des débats (numérique et diffusion), des lectures (Suzanne Dracius, Sylviane Vayaboury, France Nay)… Un éditeur martiniquais, fort habitué du salon, expliquait en connaisseur pourquoi certains vendaient des livres et d’autres non : ” Les dédicaces, confiait-il, ça ne suffit pas, il faut monter des tables rondes! ” FXG, à Paris (FXG) Claude Tsao, éditions du Manguier (Pointe-à-Pitre) : ” J’ai trouvé les textes de Gerty Danbury ” Pourquoi avez-vous créé votre maison d’édition” Je suis passionné par la guerre de 14-18 et je voulais monter une maison d’édition parce que je trouvais que les livres d’histoire disponibles sur cette période ne me convenaient pas. Je voulais publier des textes allant de 1870 à 1940. J’ai eu du mal à trouver des textes et puis j’ai trouvé ceux de Gerty Danbury… C’est comme ça que j’ai commencé à éditer… Pourtant, Gerty Danbury n’a pas écrit sur la guerre de 14… Non pas du tout! Mais bon voilà… J’ai publié sa pièce intitulé ” Trame ” que j’ai aussi fait traduire en deux langues, l’espagnol et l’anglais. Ça a été mon premier travail d’éditeur et ça correspondait à mes goûts… Et c’est ce qui vous a mis un pied dans l’étrier de l’Outre-mer” Oui puisqu’aujourd’hui je publie trois auteurs ultramarins, Gerty Danbury de la Guadeloupe, Philippe Triay de la Martinique et Monique Dorcy de la Guyane. Avec Monique Torcy nous avons monté la collection Orénoque qui a pour objet de faire connaître à la jeunesse des personnages comme Léon Gontran Damas ou Alfred Parépou. En ce qui concerne Philippe Triay, j’ai publié un de ses recueils de poésie illustré par Romain Ganer, ” Barbarie ” et là, je publie ” La fin de l’insouciance ” , un récit, une observation du monde des médias et des politiques… Après ” La sérénade à Poinsettia ” , le roman de Gerty Danbury, quelles sont les nouveautés” Nous sortons une réédition d’ ” Atipa ” d’Alfred Parépou et dans un mois, je sors la pièce de Gerty Danbury, celle qu’elle a déjà fait jouer en Guadeloupe et en Martinique, ” La radio des bonnes nouvelles ” . Propos recueillis par FXG, à Paris Jean-Jacques Seymour plonge dans la médecine cubaine La voix de Tropiques FM aime aussi être à l’occasion un plume. Depuis trente ans, Jean-Jacques Seymour sort régulièrement un essai. Le sujet varie, mais le thème est toujours la Caraïbe! Cette fois, chez Owen publishing, il sort une somme documentaire sur Cuba sous un aspect rarement abordé, la médecine. Avec ” Cuba, l’odysée médicale ” , Seymour qui a été marqué par cet échange inoui, pétrole vénézuélien contre médecins cubains, revient sur le miracle médical qu’a réussi la révolution castriste : l’ophtalmologie, les traitements de maladies de la peau comme le vitiligo, la cancérologe… En quinze ans, Cuba a formé plus de 10 000 médecins et nombre d’entre eux travaillent désormais dans plus de 80 pays, au Libéria, au Sierra Léone, en Guinée, en Amérique latine… Mais plus surprenant, aujourd’hui, des patients viennent du Canada et même des Etats-unis pour se faire sogner à la Havane et des experts internationaux s’intéressent toujours plus aux médicaments cubains… Dans cette étude poussée, l’auteur raconte le traitement miracle qui sauve de l’amputation les diabétiques, mais également son absence d’autorisation sur le marché fançais… La liste est longue des produits développés à cuba conte les cancers de la gorge, les giomes malins et même le vaccin contre le cancer du poumon… Les États-Unis acceptent désormais de collaborer avec le centre d’immunologe moléculaire de la Havane! et comme le journaliste Seymour est un homme pratique, il n’hésite pas à publier dans ses pages les forfaits médico-touristiques pour aller se faire soigner d’un vitiligo sur la grande île! On pourra reprocher à cet essai une forme par trop universitaire, mais le sujet après tout, s’y prête, et à chaque page, on est un peu plus surpris! FXG, à Paris Sur le même sujet Cayenne-Moscou, prochain roman de Joël Roy Thèmes : LIVRES Garimpeiros, pour mieux comprendre l’orpaillage Thèmes : LIVRES Nouveau paysage éditorial au Salon du livre de Paris

Con Información de Journal France Guyane

www.entornointeligente.com

Síguenos en Twitter @entornoi

Entornointeligente.com

Add comment

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

.




.

Síguenos en Twitter @entornoi






Sigue a nuestro director Hernán Porras Molina
















Follow Me

.